Innover Maintenant

POINT DE VUE SUR LA CRÉATION DE VALEUR

Big Data : passer en mode distribué

Pour l’auteur de cette tribune, les entreprises qui mettent en place un gigantesque entrepôt de données centralisé pour tenter d’y déceler les corrélations nouvelles que promettent les Big Data font fausse route. Selon lui, c’est plutôt une architecture distribuée, constituée de nœuds spécialisés reliés entre eux par des flux d’informations, que les organisations doivent privilégier. Une architecture proche de celle du Cloud.

A lire sur Forbes

Comment le Big Data révolutionne le voyage

InformationWeek se penche sur les bénéfices de l’analytique Big Data pour l’industrie du voyage, où les applications sont déjà nombreuses : amélioration des ratios de réservation, meilleure gestion des tarifications flexibles (yield) ou encore augmentation de la satisfaction client. Et livre toute une batterie d’exemples.

A lire sur InformationWeek

Qui sont les gagnants du Big Data ?

Dans ce billet, cet expert de la société de services TCS revient sur les facteurs qui permettent à certaines organisations de tirer le meilleur parti des technologies Big Data, tandis que d’autres semblent en bénéficier peu. Son analyse repose sur une étude menée fin 2012 auprès de quelque 1 200 dirigeants de grandes entreprises.

A lire sur la Harvard Business Review

Big Data et RH : « voir les gens en 3D »

Pour cette contributrice de Forbes, c’est dans les RH que les technologies du Big Data se révéleront in fine les plus utiles aux organisations.  Selon elle, l’apport de ces technologies pour les RH, c’est un peu comme être désormais capable de « voir les personnes en 3D », là où auparavant les DRH devaient se contenter d’une photo en deux dimensions.

A lire sur Forbes

BigData_RH

Big Data : l’arme que ne peuvent plus ignorer les DRH

S’ils veulent mieux accompagner la transformation des métiers de leurs organisations, les DRH doivent apprivoiser les technologies analytiques. Et surtout mieux appréhender le potentiel des analyses croisant les données RH avec des informations issues de l’activité.

Ne bradez pas le respect des données personnelles

Dans ce billet de blog, l’analyste Ray Wang met en garde les organisations contre une exploitation sans limites des données personnelles de leurs clients et prospects. Anticipant, parmi la population, une prise de conscience des dangers de cette analyse sans frein des traces laissées sur les médias électroniques, Ray Wang livre 7 règles pour ne pas braquer les consommateurs.

A lire sur la Harvard Business Review

speed

La vitesse : la nouvelle frontière des systèmes d’information

S’attaquer à des problèmes jusqu’ici insolubles. En accélérant considérablement l’accès aux données, la solution SAP HANA permet d’ouvrir le champ des possibles dans de nombreux secteurs d’activité. Comme la gestion de l’énergie, la banque ou la santé.

Le Big Data n’est pas synonyme de vérité

Le blog Bits se livre à un rappel salutaire. Les exemples de données erronées ou mal interprétées ayant débouché sur des erreurs magistrales sont légion. Avec le Big Data, ce risque se trouve encore amplifié. Ce billet détaille ce qu’il qualifie de 6 mythes du Big Data.

A lire sur le blog Bits

Le pouvoir des données… anonymisées

Les usages marketing du Big Data sont bien connus : il s’agit d’utiliser toutes les données d’un consommateur pour mieux comprendre ses attentes. Mais, une fois rendues anonymes, ces données peuvent connaître une seconde vie et, agrégées à des millions d’autres, fournir des informations très précises sur les usages des consommateurs, les profils type… C’est un service de ce type que SAP s’apprête à lancer en fédérant les informations des opérateurs télécoms sur l’utilisation des applications et de l’Internet  mobile. En utilisant la puissance de sa base de données In-Memory, Hana.

A lire sur PCworld

Big Data ? Non, Small Data

Allons bon. A peine l’acronyme Big Data commence-t-il à gagner en substance, que naît un nouveau concept, le Small Data. Pour Rufus Pollock, le fondateur de la Open Knowledge Foundation, le Big Data suppose une centralisation de l’information, alors que la révolution en marche voit au contraire des individus sans cesse plus nombreux collaborer autour d’une information numérique répartie. Bref, le panorama qui se dessine ressemble davantage à un maillage de points renfermant de petites quantités de données, donc à ce qu’il appelle un « écosystème de Small Data ».

A lire sur The Guardian